blOg-O-nOisettes

Le blOg d'une petite nOisette pAssiOnnée de phOtOgraphie, de littérAture, de cinémA, de pieds, de cApes de dOcumentAtion...

08 février 2012

Le club des incOrrigibles Optimistes

9782253159643FSLe club des incorrigibles optimistes
de Jean-Michel Guenassia

Ed. Le livre de poche
8,50€ / 729 p. / 2009

La 4ème de couverture : Michel Marini avait douze ans en 1959, à l'époque du rock'n'roll et de la guerre d'Algérie. Il était photographe amateur, lecteur compulsif et joueur de baby-foot au Balto de Denfert-Rochereau. Il y a rencontré Igor, Léonid, Sacha, Imré et les autres, qui avaient traversé le Rideau de Fer pour sauver leur peau, abandonnant leurs idéaux. Ils s'étaient retrouvés à Paris dans ce club d'échecs d'arrière-salle que fréquentaient aussi Kessel et Sartre. Ils étaient liés par un terrible secret. Cette rencontre bouleversa la vie du jeune garçon. Parce qu'ils étaient tous d'incorrigibles optimistes.

Mon avis : J'ai adoré cette lecture !! L'auteur nous plonge dans le Paris du début des années 60 à travers les yeux d'un adolescent qui va faire de nombreuses rencontres. Au lycée, au café, dans la rue, au parc du Luxembourg, à la cinémathèque... chaque lieu est susceptible de créer une rencontre et/ou un moment particulier que Michel s'attachera à cultiver. Il fréquente le Club des incorrigibles optimistes dans une arrière salle d'un café, un club où des réfugiés des pays de l'Est se rencontrent et jouent aux échecs, un club où Sartre et Kessel ont leurs habitudes. J'ai beaucoup aimé découvrir ces différents personnages pro ou anti communistes, ils ont chacun leur histoire, une histoire non stéréotypée et toute personnelle. Pour moi qui n'y connais pas grand chose, j'ai appris beaucoup sur cette période. Ce qui m'a paru passionnant c'est de voir tous ces personnages qui devraient se détester et s'opposer se retrouver finalement ensemble avec des valeurs communes, c'est là qu'on se rend compte que l'idéologie politique n'empêche pas les hommes de se retrouver autour d'autres valeurs comme la culture ou la famille.

La guerre d'Algérie est le deuxième point histoire qui est très développé. C'est également une période que je connais mal (les cours de lycée sont loin...) mais qui m'intéresse particulièrement parce que mon grand-père a été appelé en Algérie alors que ma mère venait de naître et ma grand-mère était encore à la maternité alors ça m'a intéressé de voir des hommes qui s'engageaient et ce que cela impliquait dans leur vie. Ce roman présente donc la société française - parisienne - des années 60, plutôt que l'histoire particulière d'un personnage, même si on peut quand même le qualifier de roman initiatique puisque Michel va grandir grace à toutes ces rencontres et ces évènements.

Le récit nous fait passer d'une émotion à l'autre mais finalement je trouve que l'optimisme n'est vraiment pas au coeur du récit, au contraire. J'y ai plutôt vu de la résignation, du raisonnable. Le style de Guenassia est vraiment très appréciable, la lecture est fluide et très facile.

Je regrette une seule chose c'est qu'on ne parle pas plus de Sartre ou Kessel, il y a un passage du livre où l'auteur les montre beaucoup puis plus du tout sans aucune raison apparente. On ne sait pas vraiment ce qu'ils deviennent ni comment ils réagissent à la fermeture du club. Ca manque je trouve.


Le club des incorrigibles optimistes a reçu le prix Goncourt des lycéens en 2009, et il le mérite bien !

+ d'infos :
-L'avis de Marylène
-L'avis de Ma petite bibliothèque
-L'avis de Plaisirs à cultiver

Tags : , , , ,
Posté par petite noisette à 06:53 - 07. Livres & Lectures - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Le club des incOrrigibles Optimistes

    J'avais adoré ! Le choix des lycéens est souvent pertinent !

    Posté par Stephie, 09 février 2012 à 08:50 | | Répondre
  • depuis le temps que j'en entends parler! Je suis Stephie le Goncourt des Lycéens vaut mieux que l'autre

    Posté par Violette, 15 février 2012 à 22:18 | | Répondre
Nouveau commentaire