blOg-O-nOisettes

Le blOg d'une petite nOisette pAssiOnnée de phOtOgraphie, de littérAture, de cinémA, de pieds, de cApes de dOcumentAtion...

15 octobre 2016

Eux

41Ix4E287nL

Eux
de Patrick Isabelle

Ed. Leméac
2014 / 107 p. / 12,30€

La 4ème de couvertureEux, c’est l’histoire d’un adolescent victime d’intimidation. Un jeune battu, extorqué, ridiculisé à outrance par des camarades de classe, et ce, sans rime ni raison apparente. Un jeune dont la détresse est ignorée par les témoins silencieux que sont les autres élèves, le personnel de l’école, les parents, les rares amis. Sa douleur est si aiguë, et son agonie, si longue qu’elles l’inciteront à se venger de ses tortionnaires, à devenir la source d’une violence a priori inconcevable.

Par de courts chapitres, Patrick Isabelle raconte la genèse d’un drame, genèse qui constitue à elle seule un autre drame, tout aussi terrible mais plus insidieux. Il brouille ce faisant la ligne séparant les victimes des bourreaux, et invite à entamer une réflexion sur le potentiel de cruauté, mais également d’empathie, qui sommeille en chacun. Et si eux, c’était nous ? Un roman-choc aussi troublant qu’essentiel.

Mon avis : Un petit roman dur et troublant. Le narrateur est victime de harcèlement à l'école. Cela dure depuis deux ans, et même s'il a essayé, au début, d'en parler aux adultes, cela n'a rien changé. Alors il supporte, mais s'enfonce de plus en plus dans sa solitude et dans sa haine des autres, quels qu'ils soient. Et puis il va de déceptions en déceptions : son voisin/meilleur ami semble avoir honte de lui, la fille qu'il a rencontré en séchant les cours ne s'intéresse finalement qu'à son argent, ses parents sont loin de faire quelque chose pour l'aider. 

Alors il se débrouillera seul. Et là, je ne vais pas raconter les détails mais on peut évoquer Columbine et en gros on comprend de quoi ça parle (à ce sujet, visionner Bowling for Columbine ou Elephant)

Le livre est fort, bien mené. Le suspens monte petit à petit car le narrateur alterne son récit composé de longs flash-backs et de pages de quelques lignes seulement qui parlent du présent. Et ce présent, on ne le comprend pas au début. On le comprend au fil de la lecture, quand cela se fait de plus en plus précis. Et quand c'est trop tard, bien sûr, pour garder un espoir. 

Petit bémol, comme à chaque fois que je lis un roman québéquois (et en plus je ne m'en rend jamais compte avant de le commencer) : la langue est compliquée à comprendre ! Du coup, comme pour Le Cri, j'ai peur que mes élèves passent à côté de quelque chose dans la lecture. 
Par contre cette langue québéquoise, et notamment les insultes, m'ont beaucoup fait penser au magnifique film C.R.A.Z.Y. (l'un de mes films préférés) car le vocabulaire employé est exactement le même.

"Eux.
Elles.
Ils ne se doutaient pas de ce qui les attendaient, du monstre qu'ils avaient créé." (p.10)

+ d'infos :
-La présentation de l'éditeur

Tags : , , , , ,
Posté par petite noisette à 11:57 - 07. Livres & Lectures - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur Eux

Nouveau commentaire