blOg-O-nOisettes

Le blOg d'une petite nOisette pAssiOnnée de phOtOgraphie, de littérAture, de cinémA, de pieds, de cApes de dOcumentAtion...

07 octobre 2016

De la rage dans mOn cartable

logo_201833-242x350

De la rage dans mon cartable
de Noémya Grohan

Ed. Hachette
Coll. Témoignages
11,90€ / 2014 / 153 p.

La 4ème de couverture : "Je crois que c'est après cet épisode que j'ai commencé à mettre un mot sur ce qui m'arrivait.
La solitude, le sentiment de décalage, dès le début, je les avais déjà ressentis. Le harcèlement scolaire, c'était un mot plus grave. Mais plus les jours passaient, plus l'évidence était là, sous mes yeux. Je n'étais pas qu'une élève chahutée par quelques meneurs. Beaucoup d'autres les avaient imités et me traquaient en permanence. J'étais devenue une cible."

Mon avis : Je suis très partagée sur ce livre, je vais donc me dédoubler pour ce billet parce que je n'arrive pas à faire autrement. 

Mon avis de lectrice lambda : Ce livre est un témoignage. L'histoire n'est pas racontée sous forme de roman, il y a peu de linéarité. L'auteur nous raconte son enfance et son présent, l'histoire de sa vie. A son entrée au collège, Noémya est vite la cible de quelques filles puis de beaucoup plus. Le harcèlement moral se met en place : moqueries, humiliations... Elle en souffrira pendant toute sa scolarité. Parce qu'un enfant qui se fait harceler perd confiance en lui, et qu'un enfant qui n'a pas confiance en lui est la cible parfaite pour les harceleurs. Un cercle vicieux. 
Après son lycée, Noémya tente de se reconstruire mais cela ne se fait pas en un jour. La perte de confiance l'amène a abandonner systématiquement toutes les voies vers lesquelles elle aspire. Ce n'est qu'en commençant à témoigner (dans des associations, auprès de journalistes puis d'élèves et enfin par ce livre) qu'elle a réussi à aller de mieux en mieux. 
Ce livre a fait résonance en moi, beaucoup de choses m'ont rappelé mon enfance ainsi que ce que ça implique dans le présent. Ce témoignage est fort, nécessaire. 
J'ai trouvé la fin un peu confuse, trop de témoignages de personnes extérieures, peut-être un manque de chronologie (je crois que je n'ai pas tout compris). Mais dans l'ensemble c'est un témoignage très intéressant sur les mécanismes du harcèlement. 

Par contre, personnellement, je n'ai pas aimé les textes de rap entre chaque partie. J'ai même fini par les zapper parce que je n'accrochais vraiment pas. 

Mon avis de prof : J'ai acheté ce livre pour le CDI. Je le regrette. Pour commencer, les profs et toute la communauté éducative se font descendre de A à Z. Selon Noémya, tous les profs savaient mais ils n'en avaient rien à faire, voire ils en rajoutaient. La CPE l'a reçu une fois et à part faire la morale à ses harceleuses, il ne s'est rien passé. Je ne mets pas en doute le témoignage de Noémya. Par contre je suis toujours énervée par les personnes extérieures qui pensent qu'un prof voit tout. Qu'un prof doit tout voir. NON ! un prof ne voit pas tout ! Un prof peut percevoir un truc, à un moment donné, mais n'a aucune idée de ce qui se passe dans la durée si l'élève ne lui en parle pas. Si c'est le cas et que des harceleurs sont convoqués par le CPE, par la Direction, c'est très compliqué de savoir s'ils ont arrêté ou si c'est pire. Si ça ne s'est pas déplacé à l'extérieur du collège. 
Maintenant les profs sont, peut-être pas formés, mais du moins sensibilisés. Dans beaucoup de collèges il y a des interventions auprès des élèves pour parler du harcèlement. 

Ca ne me dérange pas de mettre sur les étagères du CDI un livre anti-prof, j'en ai d'autres. Ce qui me dérange, c'est de proposer un livre sans espoir. Celui-ci en comporte, mais à très long terme. Ce n'est pas une fiction d'horreur où un gamin en tuerai un autre. C'est un témoignage, une histoire vraie. Selon moi, un élève harcelé qui tombe sur un livre sur ce sujet à besoin d'être soutenu. Je ne crois pas qu'un collégien harcelé ait besoin de lire que ça va être comme ça jusqu'en terminale (parce que c'est un cercle vicieux...) et qu'ensuite il va avoir du mal à s'en sortir pendant de longues années. C'est peut-être vrai (j'entends : c'est vrai pour un certain nombre de harcelés) mais faut-il vraiment le lui dire ? Faut-il le désespérer encore plus ?

Je me demande donc ce que je vais bien pouvoir faire de ce livre. Le mettre quand même sur les étagères ? Prévenir l'élève lorsqu'il l'emprunte ? (mais je n'ai pas forcément le temps, parfois il y a des emprunts sans moi...) Le mettre uniquement sur les étagères des profs ? En sachant qu'il ne sera jamais lu ou presque ?

112305541

+ d'infos :
-La présentation de l'éditeur
-L'avis de Orbe

-L'avis de Faelys
-Gener'action solidaire
-Harcèlement entre élèves

 

Tags : , , , , , ,
Posté par petite noisette à 06:50 - 07. Livres & Lectures - Commentaires [5] - Permalien [#]

Commentaires sur De la rage dans mOn cartable

    Une étiquette collée dessus avec noté "Si tu cherches un livre sur le harcèlement, je te conseille plutôt de commencer par tel ou tel titre ?"

    Posté par Léa, 07 octobre 2016 à 07:04 | | Répondre
    • Oui peut-être, ça pourrait être une solution

      Posté par petite noisette, 07 octobre 2016 à 21:45 | | Répondre
  • Bonjour, je me permets d'ajouter un petit commentaire car je suis l'auteur(e) de l'ouvrage. Votre commentaire laisse à penser que vous n'avez pas lu le livre en entier, car ce livre n'est absolument pas "sans espoir", bien au contraire. Il suffit de lire le dernier chapitre ! De plus il s'agit d'une histoire parmi tant d'autres, avec un ressenti personnel. Dans mon cas, et malgré certains signes visibles (chutes des résultats scolaires, absences répétées, mal-être perceptible) pendant quatre ans, je n'ai jamais eu l'occasion de parler de cette situation subie, c'est un fait. Pour autant je sais très bien que les professeurs ne voyaient pas tout, bien entendu, le harcèlement était vicieux, insidieux ; malgré tout, sur au moins deux situations, décrites dans le livre, je harcèlement était visible, et il n'y a pas eu de réaction de la part des adultes présentes et "observateurs" silence légitimisant ainsi (sans le vouloir) l'action des harceleuses, Les professeurs étaient probablement "démunis" à l'époque on ne parlait pas du tout du harcèlement scolaire.... Depuis que j'interviens dans les établissements scolaires depuis trois ans avec mon association GENER'ACTION SOLIDAIRE, j'ai du sensibiliser plus de 10 000 élèves, dans une centaine d'établissements différents (école, collège, lycée) on me demande même depuis cette année des sensibilisations auprès des professionnels de l'Education Nationale, le livre remet en question, mais ne semble pas "déranger" comme vous semblez l'avoir été. Aujourd'hui je passe la quasi totalité de mes journées dans des établissements scolaires, et je rencontre à chaque fois des professionnels engagés, qui mettent en place des projets exceptionnels pour le bien-être des élèves, et contre le harcèlement scolaire; Je tenais à le dire. Quand ils lisent mon livre, et entendent mon histoire les élèves ne sont pas "choqués'" , je ne critique pas l'Education nationale, ça n'aurait aucun intêret, je ne parle même pas de la non-action des professionnels de mon établissement, là n'est pas le but, le but c'est de les inciter à parler, et à réagir en tant que témoins, s'ils sont confrontés d'une manière ou d'une autre, à ce phénomène, Mon témoignage est un contre-exemple de ce qu'il faut faire, ce qu'ils comprennent très bien... Je vous souhaite de belles fêtes de fin d'année; et une bonne continuation. Bien cordialement. Noémya

    Posté par Noémya, 17 décembre 2016 à 10:23 | | Répondre
    • Merci pour ce témoignage.
      J'ai bien lu votre livre jusqu'à la fin et j'ai bien noté qu'il y avait de l'espoir, mais à long terme.
      Je ne suis pas naïve sur le harcèlement scolaire, je fais moi-même pas mal de sensibilisation auprès de mes élèves, soit avec des séances, soit en proposant un certains nombre de livres sur le sujet. Et malheureusement, je sais très bien que les harceleurs sont souvent réprimandés et rien de plus. J'en fais l'expérience presque chaque jour dans mon établissement. Ce sont des situations très complexes que nous n'arrivons pas forcément à résoudre. je n'ai pas de solutions à apporter. Poursuivre la sensibilisation, comme je le fais et surtout comme vous le faites en passant dans les établissements, est nécessaire et il faut que cela continue (mais selon moi ce n'est pas suffisant).
      Mes billets de blog sont toujours des ressentis. Je ne peux pas m'excuser d'avoir ressenti ce malaise vis-à-vis de votre discours sur l'éducation nationale. Je ne nie pas que l'EN à beaucoup à s'améliorer dans ce domaine et bien d'autres. Cela dit, c'est compliqué d'être professeur-documentaliste et de proposer un livre à ses élèves qui critique à ce point ce système (mais peut-être qu'ils ne le ressentiront pas comme moi puisque vous dites ne pas l'avoir écrit ainsi).
      Dans tous les cas, je me répète, je pense qu'on ne peut que continuer à sensibiliser par tous les moyens sur le sujet du harcèlement et votre livre fait partie de cette sensibilisation, donc merci !

      Posté par petite noisette, 18 décembre 2016 à 14:40 | | Répondre
  • Merci à vous pour cette réponse ! Je suis 100 % d'accord, on ne peut que continuer à sensibiliser par tous les moyens sur le sujet du harcèlement, et ce ne sera jamais suffisant, mais chaque "goutte", chaque action, est néanmoins importante, essentielle, incontournable... et je comprends parfaitement votre ressenti visi-à vis de mon discours sur l'Education Nationale, qui est par ailleurs également un ressenti de ma part, datant d' il y a plus de dix ans ! Donc MERCI à vous pour les actions menées auprès de vos élèves, sur cette thématique, et tant d'autres importantes ! Bonne continuation : - )

    Posté par Noémya, 21 décembre 2016 à 22:30 | | Répondre
Nouveau commentaire