blOg-O-nOisettes

Le blOg d'une petite nOisette professeure-documentaliste depuis 2008, passionnée de lecture, de culture et de tout ce qui touche au métier. Maman de Mini-Noisette (2015) et de Micro-Noisette (2019), je parle aussi des livres pour les plus petits.

29 avril 2014

14

9782707322579 (1)

14
de Jean Echenoz

Ed. Les éditions de minuit
12,50€ / 2013 / 123 p. 

La 4ème de couverture : Cinq hommes sont partis à la guerre, une femme attend le retour de deux d'entre eux. Reste à savoir s'ils vont revenir. Quand. Et dans quel état. 

Mon avis : J'avais adoré Courir et Ravel, j'ai donc longuement cherché 14 (j'ai dû m'accrocher pour le trouver!) Ce roman est assez différent de ce qu'on a l'habitude de lire sur le sujet. L'auteur nous présente cinq hommes originaires de la même commune vendéenne et qui vont être mobilisés en même temps, ainsi qu'une femme, Blanche. Si l'histoire de la première guerre mondiale est entièrement contée à travers eux, ils ne servent que de prétexte au récit. En effet, presque aucun détail ne sera esquissé sur eux, leur psychologie est quasiment inexistante, ils sont comme des enveloppes vides. Mais cela dit c'est assez fort car ça permet au lecteur d'imaginer que la guerre dépersonnalisait ainsi les hommes et leurs familles. Il y a de très courtes mais intéressantes descriptions de l'organisation du front qui permettent de bien se l'imaginer. Je crois que je n'avais encore vu cela nul part : 

"Le sac ne pesait d'abord, vide, que six cents grammes. Mais il s'alourdirait vite par un premier lot de fournitures réglementaires, soigneusement réparties et consistant en matériel alimentaire - bouteilles d'alcool de menthe et substitut de café, boîtes et sachets de sucre et de chocolat, bidons et couverts en fer étamé, quart en fer embouti, ouvre-boîte et canif -, en vêtements -caleçons court et long , mouchoirs en coton, chemises en flanelle, bretelles et bande molletières -, en produits d'entretien et de nettoyage - brosses à habits, à chaussures et pour les armes, boîtes de graisse, de cirage, de boutons et de lacets de rechange, trousse de couture et ciseaux à bouts ronds -, en effets de toilette et de santé - pansements individuels et coton hydrophile, torchon-serviette, miroir, savon, rasoir avec son aiguisoir, blaireau, brosse à dents, peigne - ainsi qu'en objets personnels - tabac et papier à rouler, allumettes et briquet, lampe de poche, bracelet d'identité à plaques en maillechort et aluminium, petit paroissien du soldat, livret individuel." (p.48-49)

Le lecteur suit donc Anthime, Charles, Padioleau, Bossis et Arcenel tout au long de la mobilisation : le départ, les combats... Il les verra mourir ou se blesser, chacun leur tour. Parallèlement, il suit aussi Blanche, restée seule avec ses parents, qui découvre qu'elle est enceinte. On ne sait pas de qui même si au village tout le monde à ses soupçons. Mais cela importe peu. Echenoz ne nous dira jamais réellement qui est le père. Ce n'est pas important. La vie continue et il faut bien se débrouiller comme on peut. 

Dans ce roman pas de héros, pas d'aventures extraordinaires. Juste une description, comme un arrêt sur images, de cette période de la vie de ces six protagonistes. 

Une partie de l'histoire se passe à Nantes (même si cela n'est jamais dit). J'ai pris plaisir à reconnaître les différents lieux cités, et surtout, à la page 86, la mention de la "rue de la verrerie", rue dans laquelle j'ai vécu pendant mes années de fac ;-) Par contre j'ai trouvé un peu incohérents ces vendéens qui passent leur temps à Nantes...

Un roman surprenant, comme on en a l'habitude avec Echenoz, mais qui ne m'a pas transportée comme les précédents. Je trouve le principe très intéressant, mais finalement, quand on a personne à qui s'attacher, c'est un peu plus dur de trouver un roman passionnant. Cela dit, il est terriblement bien écrit car on ne peut pas le lâcher avant de l'avoir terminé. J'avoue que j'ai espéré jusqu'au dernier moment en savoir un peu plus sur Anthime, Blanche ou Charles, mais non... on reste donc un peu sur sa faim. Mais paradoxalement c'est ce qui fait le plus de ce livre : on ne s'attache pas aux personnages mais aux faits et aux impressions. A la fin de la lecture, on a vraiment l'impression d'en avoir appris plus sur la guerre, et pas que de l'anecdotique comme dans d'autres romans.  

Un bon roman !

94420674_o

+ d'infos :
-La présentation de l'éditeur
-L'avis de Mrs Figg

-L'avis de Sabariscon

-L'avis de Livrelibre

Ce billet participe au challenge de Stéphie "une année en 14" (14)

Tags : , , , ,
Posté par petite noisette à 07:49 - 07. Livres & Lectures - Commentaires [0] - Permalien [#]

Commentaires sur 14

Nouveau commentaire