blOg-O-nOisettes

Le blOg d'une petite nOisette professeure-documentaliste depuis 2008, passionnée de lecture, de culture et de tout ce qui touche au métier. Maman de Mini-Noisette (2015) et de Micro-Noisette (2019), je parle aussi des livres pour les plus petits.

27 août 2011

Grâce et dénuement

grace_et_denuement___Alice_FerneyGrâce et dénuement
d'Alice Ferney

Ed. Babel
1997 / 288 p. / 8,50€

La 4ème de couverture : Dans un décor de banlieue, une libraire est saisie d'un désir fou : celui d'initier à la lecture des enfants gitans privés de scolarité. Elle se heurte d'abord à la méfiance, à la raillerie et au mépris qu'inspirent les gadjé. Mais elle finit par amadouer les petits illéttrés, en même temps qu'elle entrevoit le destin d'une famille sur laquelle règne une veuve mère de cinq fils.

Mon avis : Grâce et dénuement est un livre qui m'a été conseillé par plusieurs personnes, et dont je n'ai jamais lu un avis négatif. Nous n'avons pas l'habitude de lire des romans sur les gitans, ni même d'en entendre beaucoup parler. Ce roman nous fait entrer dans leur monde, à travers Esther, la bibliothécaire qui vient lire des histoires aux enfants. Ce roman n'est pas un conte sur la lecture nécessaire à l'épanouissement ou qui fait des miracles; les histoires racontées par Esther ne sont qu'un prétexte pour faire entrer le lecteur dans le camp et découvrir la vie de ces personnes. Et ce que nous découvrons fait peur ! La vieille mère, ces cinq fils, ces quatre belles-filles et la multitude de petits-enfants vivent dans des conditions extrêmement précaires : pas d'eau potable, pas d'électricité, pas de chauffage ni de frigo, pas de travail et pas d'école. Ils ne peuvent se raccrocher qu'à leur famille et leur fierté.

Esther n'est pas là pour faire des miracles, et elle n'en fera pas. Si une pointe d'optimisme termine ce roman, c'est l'espoir que ces gens feront tout pour vivre dans de meilleures conditions. L'aide ne peut pas venir de l'extérieur. Pas d'angélisme dans ce roman, seulement des données presque brutes, une description sans prendre partie. Les caractères sont forts et chaque personnage est bien présenté et caractérisé.

Grâce et dénuement est un livre qui marque et qui ne laissera pas le lecteur indifférent. Une chose est sure, il ne regardera plus les camps de gitans de la même façon...

A conseiller !

"Je crois que la vie a besoin des livres, dit Esther,
je crois que la vie ne suffit pas.
" (p.42)

"Le temps, dit-elle, c'est qu'un salopard
qui nous dépouille de tout.
" (p.66)

"Tu vois, dit-il, ce livre si je savais lire j'le mangerais.
Elle était émue. Elle lui prêta le livre pour la semaine.
" (p.82)

"Quand on s'épouse on croit qu'on sera moins seul, mais comme on se trompe ! dit-elle. Oh! là là ! Oui ! Elle eut un rire édenté. C'est tout le contraire qui se passe, on l'est encore plus." (p.91)

"Qu'est-ce qu'on avait d'autre dans la vie
que se caresser pour le plaisir,
se disputer pour le soulagement
et s'endormir pour l'oubli ?
" (p.215)

"Les autres disaient : Misia a eu tellement de courage. Misia s'étonnait qu'ils confondent à ce point le courage et la courtoisie, ce qui est et ce qui se voit." (p.246)

+ d'infos :
-La présentation de l'éditeur
-La critique de Clara
-La critique de Kathel
-La critique d'Amanda
-La critique de Chiffonnette

Tags : , ,
Posté par petite noisette à 07:21 - 07. Livres & Lectures - Commentaires [2] - Permalien [#]

Commentaires sur Grâce et dénuement

Nouveau commentaire